Triathlon d’Yverdon-les-Bains

fe7ddf_ea532d5a87914d0497692ab3173f41c5~mv2

J’ai eu la bonne idée la veille de faire une randonnée de 14 km. Pas vraiment hyper traumatisant mais bon, peut-être pas préconisé la veille d’un triathlon. Plus j’y pense, plus je me dis qu’inconsciemment, j’habitue mon corps à la souffrance en le mettant pas du tout en condition pour voir si je passerai la ligne d’arrivée… Bref hier soir, j’ai pris un bol de riz aux bolets, une gaufre au sirop d’érable et une double raclette. J’ai hyper mal dormi, en me réveillant plusieurs fois durant la nuit tellement j’étais en nage. Je me suis levée à 4h45 tellement je n’en pouvais plus. Sans compter le trajet en voiture du Noirmont jusqu’à Yverdon pour être sur la ligne de départ à 8h10….

MAIS j’y étais ! Fidèle au poste ! Impossible de louper le triathlon de ma ville de cœur, là où je m’entraîne en natation (piscine et eau libre) depuis plus d’une année. A 7h15, j’étais sur place. Je suis allée chercher mon dossard et je suis passée du premier coup dans la zone de transition (il faut dire que j’ai toujours tendance à oublier mon dossard ou ma puce de chronométrage.

Je prépare mes affaires tranquillement, papote avec quelques membres du club, rassure une fille qui fait son premier triathlon et retrouve des copines du club de natation. J’ai l’impression que tout se passe à merveille, peut-être trop… Et pour le coup, j’ai carrément oublié de remplir la sacoche de ravitaillement de mon vélo. Ça, je m’en rendrai compte au moment d’ouvrir la sacoche pour prendre mon gel…

Bref, au départ de la natation, tout se passe bien. Par contre, je me sens hyper oppressée dans ma combi après avoir fait le triathlon de Lausanne juste en trifonction. J’ai un peu de peine à respirer mais pas au point de finir sur le dos. Je gère. Mais je ne vois pas où sont les bouées à cause du soleil en face. Je dois avoir fait 100 mètres dans le vide à force de zigzaguer et j’ai perdu un peu de temps. J’en perdrai aussi à la fin de la natation où, plutôt que de continuer à nager jusqu’à ce que mes bras touchent le fond, je me mets debout pour marcher comme les autres. Au niveau de ma vitesse de nage, rien n’a vraiment changé, je suis un cargo…

1

Le parcours vélo était en majorité très roulant hormis une petite montée un peu fatigante (boucle à faire 3 fois). Je me sens bien jusqu’à ce que je m’aperçoive enfin que j’avais oublié mes gels… Vivement la course à pied, sans une once d’apport énergétique…Finalement j’ai terminé la course à pied en puisant au fin fond de mes réserves et j’ai pu terminer cette étape en moins de 28 minutes.

fe7ddf_b383cfa75e484b868ed76b00fe71c1bd~mv2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :