Triathlon du Seeland

fe7ddf_2add5129e3974d2bb27879f5d459dc5d~mv2

fe7ddf_cccf8fd96e1b47a7b124088c99f1d6c3~mv2

Voilà un magnifique triathlon pour clôturer ma toute première saison dans ce sport passionnant.

cropped-20180915_084919_HDR.jpg

Cette fois, j’ai mis vraiment toutes les chances de mon côté pour que tout se passe à merveille (j’ai juste oublié mon petit linge à la maison pour la zone de transition mais bon, pas grave du tout).

Je suis arrivée 1h30 avant le départ, le temps d’aller chercher mon dossard, préparer comme il faut ma zone de transition et aller reconnaître un peu les entrées et sorties des transitions. Et pour finir, juste s’asseoir au bord de l’eau en attendant le moment d’enfiler la combi. Profiter du temps magnifique, du calme et se mettre en mode « sérénité ».

A 9h50, me voilà prête dans l’eau MAIS impossibilité de s’échauffer et de nager un peu avant le départ (où alors j’ai loupé un gros chapitre). Les hommes sont prêts au départ et nous, on attend, sachant qu’on part seulement 5 minutes après eux… Pas grave, je me couche dans l’eau pour la faire rentrer dans la combi et je mets ma tête sous l’eau pour me mettre un minimum en condition.

Le départ est donné, j’enclenche la Suunto (qui ne me comptera pas la natation aujourd’hui, merci…) et je pars derrière, comme d’hab. Je sors de ma zone de confort et je décide que même si je suis un cargo, je ne vois pas pourquoi je nagerais plus loin que les autres juste pour éviter le bouillon. Je fonce donc dans le tas. Je me prends des bras, des jambes mais mon cœur ne s’emballe pas et je renvoie tout autant (ben ouais quoi ! Marre d’être gentille…). Je me rends compte que c’est pas fifou autour de moi, beaucoup de crawleuses se mettent à brasser. C’est un peu la panique et je suis heureuse de ne pas me laisser terrifier par les algues (s’entraîner dans de l’eau dégueu, c’est pratique). A la sortie de l’eau, je constate avec bonheur que j’ai laissé derrière moi une bonne soixantaine de nageuses (la vache !) et je m’explose le tibia sur cette foutue rampe de sortie natation (on a pas le fond et des mecs nous aident à sortir). Je vais avoir un monstre hématome.

Je fonce vers mon vélo et là, je suis touchée par la grâce ! Je remonte une floppée de concurrents, masculins comme féminins et j’ai un super rythme. J’en profite pour m’hydrater et prendre mes gels histoire d’avoir de l’énergie pour ma tant redoutée épreuve de course à pied. J’apprendrai plus tard qu’une concurrente à eu un accident à cause d’une voiture dans un giratoire (quelle horreur). Environ 500 m avant l’arrivée, je détache mes chaussures (ce que je n’avais jamais fait avant) et je file à la dernière transition.

Je savais que ce serait dur et effectivement, il m’a fallu 3 km avant que je sois à l’aise avec mes jambes et mon souffle. On a eu droit à deux ravitaillements sur ces 5 petits kilomètres et bon Dieu que ça passait bien ! Magnifique organisation et parcours superbe ! Bref, cette course, pour moi, c’était que du bonheur ! J’étais bien en natation, j’ai pris un monstre pied en vélo et je n’ai pas lâché en course à pied malgré mon plus que faible entraînement dans la discipline ces 4 derniers mois. Au final, je finis 15 minutes derrière la première femme.

Je suis ultra fière de moi et de ce que j’ai accompli aujourd’hui et je suis sûre qu’il y a moyen de faire quelque chose de bien à l’avenir, en m’entraînant plus sérieusement. Je vais bosser à fond la course à pied pendant cet hiver et assainir mon alimentation.

IMG_20180915_150012

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :